L'occasion rêvée de racheter une tirelire

Par thèmes

Par date

L'occasion rêvée de racheter une tirelire

Elles sont le rêve des réparateurs de machines à lessiver : les pièces d’un cent et de deux cents ne devraient bientôt plus encombrer nos poches. En effet, le législateur a décidé que l’arrondi préconisé jusqu’ici au multiple de cinq cents le plus proche devenait obligatoire au 1er décembre 2019.

En octobre 2014, afin de répondre à la supplique des commerçants incapables de gérer l’afflux de pièces d’un et deux cents, le législateur a établi que l’arrondi au multiple de cinq cents le plus proche était autorisé. En clair, lorsque vous deviez payer un bien de consommation 3,43 euros, le commerçant avait le droit de vous demander 3,45 cents. Sans que cela ne fasse perdre la moindre valeur de paiement aux pièces incriminées, cela permettait d’en limiter l’utilisation lors des inévitables remises de monnaie.

De la possibilité à l’obligation

Cette possibilité offerte jusqu’ici deviendra obligation en date du 1er décembre 2019. En clair, tous les paiements effectués dans nos commerces ne comprendront plus de cents ‘perdus’. ET cela risque de donner un peu plus de boulot aux professionnels concernés – et vous verrez qu’ils sont nombreux. En effet, si l’arrondi est désormais obligatoire, le prix total à payer (quel que soit le mode de paiement) hors arrondi devra également figurer sur le ticket de caisse ou la facture.

Tous modes de paiement… ou pas

En tant que professionnel, vous pouvez choisir si vous limitez cette obligation d’arrondi aux seuls paiements en espèces ou si vous effectuerez le même arrondi sur tous les modes de paiement. Si tel est le cas, sachez que vous devez en informer vos clients à l’aide de ce texte légal. Si vous n’optez que pour l’arrondi des paiements en espèce, sachez que seule la partie payée en espèces sera concernée lorsque votre client décide de vous payer en espèces et par voie électronique.

Qui est concerné ?

Le législateur a vu large quant à savoir qui était concerné par cette mesure. Ainsi, toutes les entreprises telles que reprises sous cette dénomination dans le Livre IV du Code de Droit économique, sont concernées. En résumé, il s’agit de toute personne, physique ou morale, qui poursuit de manière durable un but économique. Gardez à l’esprit que même les associations à but non lucratif ne dérogent pas à la règle, à l’inverse des particuliers qui vendent à des particuliers ou les entreprises qui vendent à des entreprises.

Les petites pièces ne sont pas mortes

Il est toutefois important de garder à l’esprit que les pièces d’un et deux cents ne disparaissent pas pour autant. Le consommateur a toujours le droit de les utiliser pour payer (et le commerçant pour rendre la monnaie). Une règle a pourtant été établie indiquant que l’on ne pouvait pas utiliser plus de cinquante de ces pièces pour régler le montant dû. Dès lors, si vous n’avez pas encore opté pour les paiements électroniques, nous ne pouvons que vous conseiller d’acheter une bonne tirelire et de programmer des visites régulières à la Banque Nationale afin de convertir ce monceau de piécettes en un petit billet.

keyboard_arrow_up