Allez-vous (vous) octroyer un chèque consommation de 300 euros ?

Allez-vous (vous) octroyer un chèque consommation de 300 euros ?

Les secteurs du sport, de la culture et de l’horeca ont fortement souffert ces derniers mois. La Covid-19 les a privés de tout ou partie de leurs clients et certains consommateurs sont réticents à dépenser de l’argent dans ce qui ne serait pas des besoins primaires. Le gouvernement a donc cherché une solution pour relancer cette économie en berne.

Depuis le 17 juillet, tout employeur est en droit d’octroyer à ses employés un chèque consommation afin de relancer l’économie liée aux petits commerces qui ont dû fermer durant plus d’un mois. Une mesure décriée par certains économistes et envisagée avec circonspection par de nombreux patrons. En effet, Acerta a mené l’enquête et, selon les résultats, seuls 11% des employeurs envisagent de passer à l’acte.

Une forme de récompense pour l’employé

L’idée sous-jacente est de permettre aux employeurs de récompenser des employés qui, en période de crise, ont redoublé d’efforts pour maintenir le cap tout en donnant un sérieux coup de pouce à un commerce de proximité qui a lourdement souffert.

L’employeur ne doit d’ailleurs pas offrir ce chèque à ses employés de manière collective et cibler tel ou tel département. Si tel devait être le cas, le législateur lui demanderait de stipuler formellement qui a droit au chèque et qui n’y a pas droit.

Un montant à discrétion de l’employeur

Le législateur a également souhaité laisser une certaine marge de manœuvre à l’employeur. C’est ainsi que ce dernier pourra lui-même déterminer le montant du chèque octroyé à son personnel. Ce chèque ne pourra pas être supérieur à 300 euros, mais peut aussi être beaucoup moins généreux puisqu’il débute à 10 euros. De quoi permettre à l’employeur, au regard de la situation financière de son entreprise, de déterminer ce qui est faisable et ce qui ne l’est pas.

Le délai laissé aux employeurs pour décider s’ils vont ou non accéder à cette offre est ici particulièrement long. En effet, il est possible de commander des chèques consommation jusqu’au 31 décembre 2020. Là encore, l’idée est de permettre aux responsables d’entreprises de déterminer si leur situation financière est suffisamment solide pour absorber cette dépense unique et exceptionnelle. Une chose est certaine : quelle que soit la date de l’octroi du chèque consommation, celui-ci devra être dépensé avant le 7 juin 2021. De plus, le chèque ne pourra être dépensé n’importe où. Il a en effet pour but de soutenir l’horeca, la culture, le sport ainsi que les petits commerces de détail qui ont été obligés de fermer pendant plus d’un mois.

Une situation gagnant-gagnant

La bonne nouvelle est l’achat des chèques consommation est totalement déductible pour l’entreprise et, dans le même temps, exonéré de cotisations sociales. Pour l’employé qui en bénéficie, il s’agit d’un montant net, non imposé. On peut donc parler ici de situation win-win tant dans le chef de l’employeur que de l’employé.

D’un point de vue pratique, le chèque pourra être délivré en format papier ou électronique et ne pourra jamais être échangé, que ce soit en tout ou en partie, contre du cash.

Les dirigeants d’entreprise peuvent en bénéficier

Bonne nouvelle pour les indépendants qui possèdent leur société : ils peuvent, eux aussi, se voir octroyer un chèque consommation d’un montant maximum de 300 euros. Les conditions d’octroi et la fiscalité liée à ceux-ci restent les mêmes qu’expliqués précédemment.

Vous avez des questions concernant le chèque consommation et son impact sur votre comptabilité ? Posez-les à Magecofi-Atecofi via son formulaire de contact. Nous nous ferons un plaisir de vous guider vers une solution adaptée à vos besoins.

keyboard_arrow_up