Le nouveau gouvernement et la Covid-19 : changements dans votre déclaration fiscale (Partie 1)

Le nouveau gouvernement et la Covid-19 : changements dans votre déclaration fiscale (Partie 1)

Il fallait s’y attendre, l’année 2020 ayant été ce qu’elle est, avec, en prime, un nouveau gouvernement mis en place en période de crise, votre déclaration fiscale risque de changer du tout au tout. Il nous semblait donc important de produire un premier récapitulatif des choses qui changent pour vous.

Des avantages fiscaux et des mesures de soutien octroyés durant la période du coronavirus modifient votre déclaration fiscale. Vous pourrez en découvrir les principales lignes ci-dessous, mais profitons de l’occasion pour vous rappeler que votre professionnel du chiffre est là pour vous accompagner dans cette démarche importante, tant pour vous au privé que pour votre entreprise, mais aussi pour optimiser votre situation fiscale.

Les frais de garderie sont plus déductibles

La déductibilité des frais de garderie n’est pas une nouveauté pour les parents remplissant chaque année leur déclaration fiscale. On parlait alors de 12,20 euros pour les enfants de moins de 12 ans ou de moins de 18 ans pour les cas de handicap lourd. Cette déductibilité a non seulement été portée à 13 euros, mais les limites d’âge passent également à 14 ans et 21 ans. Il est bon de savoir que le montant passera, pour les revenus de 2021, à 13,70 euros. Enfin, les parents n’ayant pas demandé le remboursement des camps et stages sportifs pourront, eux aussi, faire la demande de la déductibilité. La réduction d’impôt qui en découlera sera de 45 à 75% en fonction des revenus des parents.

Le plafond d’exonération des aidants proches est relevé

Vous accueillez chez vous un grand-parent, un parent, un frère ou une sœur de plus de 65 ans et considéré comme dépendant ? Vous êtes alors considéré comme un aidant proche et le plafond d’exonération sera relevé de 3.270 euros (ce qui existe actuellement) à 4.900 euros. Une grosse partie des revenus échappera ainsi à l’impôt. L’aidant proche pourra ainsi bénéficier d’une réduction d’impôt de 534 euros. Rappelons que le statut de personne dépendante dépend d’un niveau d’autonomie établi légalement.

Les plafonds de déductibilité ne seront pas indexés jusqu’en 2024

Épargne long terme, comptes d’épargne, dividendes, assurance protection juridique, actions, bonus-habitation, épargne-pension… Les déductibilités possibles sont nombreuses, mais verront leur plafond gelé jusqu’en 2024. Cette mesure de non-indexation vaut donc pour les revenus de 2020 à 2023 inclus. Nous nous tenons bien évidemment à votre entière disposition pour vous indiquer quels sont les plafonds correspondant à votre situation personnelle.

Le travail étudiant comme moyen de subsistance

Le fisc détermine si les revenus d’un job étudiant dépassent un certain niveau, l’étudiant ne pouvant plus être considéré fiscalement comme à charge de ses parents. Les revenus obtenus sont considérés comme des moyens de subsistance. Il a été décidé que les jobs prestés entre le 1er avril et le 30 juin ne seront pas repris dans le calcul de ces moyens de subsistance. Pour rappel, pour 2020, les enfants peuvent travailler à hauteur de 3.380 euros nets si leurs parents sont mariés ou cohabitants et de 4.880 euros nets si le parent est isolé.

Les frontaliers, même en télétravail, sur taxés dans le pays de leur employeur

La règle veut qu’un employé frontalier paie des taxes dans le pays où il exerce son activité. La logique voudrait donc que, pour celles et ceux obligés de télétravailler, ils paient leurs impôts, cette fois, en Belgique. Une exception a toutefois été établie : les travailleurs frontaliers contraints d’effectuer leur activité en télétravail (et donc depuis la Belgique) entre le 1er mars et le 31 décembre 2020 seraient imposés dans le pays de leur employeur. Attention, cette mesure ne s’applique pas pour les opportunités de télétravail qui existaient avant l’apparition de la crise du coronavirus.

Les dons et libéralités sont mieux déductibles

Jusqu’à cette année, les dons d’au moins 40 euros à des institutions reconnues étaient déductibles à hauteur de 45%. Cette déductibilité passe à 60%. Le plafond fiscal de 10% est, lui aussi, augmenté à 20% afin de permettre au plus grand nombre d’effectuer des dons. Le montant maximum absolu reste quant à lui inchangé à 397.859 euros. Sachez également que les dons en naturel de matériel médical ou de produits permettant de lutter contre le coronavirus feront également l’objet d’un avantage fiscal. Toutefois, ces dons doivent avoir été effectués entre le 1er mars et le 30 juin. Inutile donc de vous précipiter maintenant pour acheter maques de protection ou appareils respiratoires pour les ‘offrir’ à votre hôpital sinon comme ‘simple’ geste de solidarité.

Nous poursuivons notre aperçu des déductibilités intégrables à votre déclaration fiscale dans un second article que vous pouvez lire via ce lien. Néanmoins, si vous avez des questions sur le sujet, vous pouvez les poser à Magecofi-Atecofi via son formulaire de contact. Nous nous ferons un plaisir de vous guider vers une solution adaptée à vos besoins.

Source : L’Echo

keyboard_arrow_up