Plus de boulot... Quand avez-vous droit au chômage ?

Plus de boulot... Quand avez-vous droit au chômage ?

Inutile de se mentir : les aides et soutiens mis en place par les différentes autorités, fédérales et fédérées, ne suffiront pas à la survie de certaines entreprises. Il est alors question de chômage. Mais qui y a droit ? Et sous quelles conditions ?

Certes, voilà le genre d’articles que l’on préférerait ne jamais avoir à écrire, mais le chômage fait partie intégrante de la vie économique de notre pays. Il est donc important de toujours savoir sous quelles conditions on peut y recourir – et nous ne parlons pas de chômage temporaire pour cause grave, mais bien du chômage pur et surtout dur. Le constat est sévère, notamment pour les indépendants.

Vous avez été licencié…

En tant qu’employé, vous avez droit à des allocations de chômage. Du moins si vous répondez aux conditions de la période de référence, celle-ci étant déterminée par votre âge. On tiendra ainsi compte du fait qu’une personne :

  • de moins de 36 ans doit avoir travaillé 312 jours au cours des 21 mois qui précèdent la demande.
  • Âgée de 36 à 49 ans doit avoir travaillé 468 jours au cours des 33 mois qui précèdent la demande.
  • Ayant atteint 50 ans doit avoir travaillé 624 jours au cours des 42 mois qui précèdent la demande.

… et vous démarrez une activité d’indépendant

Prenez garde à redémarrer directement une activité d’indépendant à titre principal après avoir été licencié. En effet, vos efforts d’entreprendre ne seront pas récompensés si vous deviez mettre un terme à votre activité professionnelle. En effet, la période de référence que nous évoquions ci-dessus est automatiquement prolongée de celle de votre activité d’indépendant. Précision tout de même : cette prolongation ne peut excéder 15 ans et ne sera appliquée que si votre activité d’indépendant est exercée depuis au moins 6 mois.

Vous passez d’une période de référence à l’autre

Histoire de compliquer un peu les choses, vous aurez quand même droit à des allocations de chômage si vous ne remplissez pas les conditions de la période de référence par rapport à votre âge, mais bien celle d’une catégorie supérieure. Un exemple ? Vous avez 48 ans, mais vous n’avez pas travaillé 468 jours au cours des 33 derniers mois. À l’inverse, si l’on prend une période de 42 mois, vous pouvez prouver 624 jours d’activité. Vous aurez donc droit aux allocations de chômage.

Ne démissionnez que pour des raisons valables

La règle est assez simple : si vous démissionnez de votre emploi, vous n’avez pas droit à des allocations de chômage. Là aussi, il existe des exceptions et c’est l’ONEM qui jugera d’autorité si celles-ci sont recevables dans votre chef ou non. On parle ici de démission pour des raisons médicales ou d’une démission suite à une faute grave avérée de l’employeur.

Le seul cas où un indépendant aurait droit au chômage

Vous le savez, en tant qu’indépendant, vous n’avez pas droit au chômage. Sauf si vous avez débuté votre activité d’indépendant alors que vous étiez chômeur. A cette condition et à celle que votre activité d’indépendant ait duré un minimum de six mois, vous pouvez accéder aux allocations de chômage sans avoir à prouver le nombre de jours de travail exigé pour la période de référence. Attention, il ne peut pas y avoir plus de quinze ans entre la première demande de chômage et celle qui suit votre activité d’indépendant.

Vous avez des questions sur le chômage ? Posez-les à Magecofi-Atecofi via son formulaire de contact. Nous nous ferons un plaisir de vous guider vers une solution adaptée à vos besoins.

keyboard_arrow_up