Vous considérez-vous comme un bon ou un mauvais patron ?

Vous considérez-vous comme un bon ou un mauvais patron ?

La question peut paraître surprenante : vous posez-vous ce genre de questions, le matin devant votre miroir ou en sirotant votre première tasse de café ? Il y a de fortes chances que non. Pourtant, la qualité d’un dirigeant d’entreprise peut avoir des répercussions immédiates sur le chiffre d’affaires de celle-ci.

Fort de son expérience en matière de gestion des dirigeants d’entreprise, le cabinet de conseil américain Zenger & Folkman a été en mesure de publier dans la prestigieuse Harvard Business Review une liste de dix défauts majeurs qui, cumulés, pourraient faire de vous le pire des patrons qu’ait connu notre plat pays. Voyons dix choses pouvant faire de vous le patron de l’année.

Le dirigeant d’entreprise est enthousiaste et le communique

Aucun doute à avoir : si vous vous rendez au bureau avec des pieds de plombs, tous vos collaborateurs le ressentiront. Il s’agit d’une énergie négative et, comme toutes les énergies négatives, elles ont tendance à tirer autrui vers le bas. L’effet boule de neige sera alors difficilement récupérable et la productivité du groupe en pâtira.

Le dirigeant d’entreprise offre des perspectives d’avenir

Afin de permettre à l’ensemble de votre entreprise d’avancer de manière cohérente, il faut offrir à chacun de vos collaborateurs des perspectives. Notre société actuelle ne supporte pas le statisme et tout le monde le sait. En tant que dirigeant d’entreprise, vous devez avoir une vision à moyen et long termes de ce que sera le marché et comment vous pourrez vous y imposer.

Les jugements du dirigeant d’entreprise doivent se fonder sur du concret

Une entreprise est une somme de différentes compétences. Bien évidemment, seul, vous n’êtes pas en mesure de toutes les assumer. Faites toutefois attention à ne pas émettre des jugements erronés dans un ou l’autre domaine que vous ne maîtrisez pas totalement. Vous risqueriez alors de jeter un discrédit sur votre compétence à gérer une entreprise dans sa globalité.

Le dirigeant d’entreprise ne se suffit pas de ses propres performances

L’autosatisfaction est une arme dangereuse dans le chef d’un dirigeant d’entreprise. Certes, il est toujours possible, toujours devant son miroir ou sa tasse de café, de se complaire dans son statut de dirigeant d’entreprise. Mais, sur le terrain, il sera toujours primordial de remettre en question ses performances afin de toujours viser des améliorations.

Le dirigeant d’entreprise s’intéresse à son environnement concurrentiel

Travailler reclus, dans son coin, ne peut mener qu’à la catastrophe. Le dirigeant d’entreprise qui se respecte prend le temps de s’intéresser à celles et ceux qui ont embrassé la même carrière que lui. Plus encore que d’être des concurrents, ils s’avèrent être des sources d’information indispensables à l’évolution de l’entreprise et donc à sa pérennité.

Le dirigeant d’entreprise s’applique les règles qu’il impose

En bon gestionnaire de votre entreprise, vous avez édicté des règles précises que l’ensemble de vos collaborateurs doivent respecter afin d’assurer le fonctionnement fluide et efficace de l’entreprise dans sa globalité. Un espoir déçu si vous, en tant que dirigeant d’entreprise, vous ne montrez pas que vous respectez lesdites règles dans votre manière de travailler.

Le dirigeant d’entreprise est ouvert à l’innovation

Vous ne pouvez pas être à l’origine de toutes les bonnes idées qui permettront à l’entreprise d’avancer et de performer. Mieux : en tant que dirigeant d’entreprise, vous devez être à l’écoute de vos collaborateurs en les considérant comme une source d’inspiration pour des projets innovants. Ceux-ci vous permettront de vous distinguer sur un marché concurrentiel.

Le dirigeant d’entreprise s’entoure de collaborateurs critiques

Il est confortable de croire que tout ce que l’on entreprend l’est dans les règles de l’art. Mais, dirigeant d’entreprise ou pas, il peut arriver que vous fassiez des erreurs. Il est alors important que quelqu’un puisse vous en faire part, mais plus encore que vous puissiez en tirer un enseignement. Faire une erreur n’est pas grave, la reproduire est sans doute plus dommageable.

Le dirigeant d’entreprise est empathique

Elle est loin l’époque ou le ‘patron’ d’une entreprise pouvait se cloîtrer dans son bureau, dispenser ses ordres et surtout ne jamais être en contact avec les membres de son personnel. Aujourd’hui, un vrai dirigeant d’entreprise s’intéresse à l’ensemble de ses employés et n’hésite pas à se rendre sur le terrain pour mieux comprendre leurs conditions de travail.

Le dirigeant d’entreprise délègue bon nombre de tâches

Lorsqu’on lance son entreprise, on a envie de tout faire tout seul. Mais très vite, on se rend compte que les journées ne font que 24 heures et qu’elles ne peuvent pas toutes être dédiées au travail. Le dirigeant d’entreprise est, par définition, celui qui devra ‘diriger’ différentes compétences auxquelles il aura confié des tâches spécifiques.

Vous avez des questions quant aux aspects financiers et fiscaux du dirigeant d’entreprise ? Posez-les à Magecofi-Atecofi via son formulaire de contact. Nous nous ferons un plaisir de vous répondre.

keyboard_arrow_up