Au boulot à vélo ? Réduisez votre stress et vos impôts

Au boulot à vélo ? Réduisez votre stress et vos impôts

Certain les maudissent – souvent des automobilistes hargneux dans les embouteillages bruxellois – d’autres les envient d’avoir osé franchir le pas, une chose est certaine, les cyclistes ne laissent pas indifférents. Et si vous hésitez à devenir l’un d’eux, peut-être les explications ci-dessous finiront-elles de vous convaincre.

Nous vous en informions dans un précédent article, la fiscalité des voitures de société va donner quelques cheveux supplémentaires aux amateurs d’avantages fiscaux en tous genres. À l’inverse, celles et ceux qui montrent de l’intérêt pour les déplacements à vélo devraient se réjouir de voir leur santé, au propre comme financière, s’améliorer. Explications…

Améliorez votre santé physique… et mentale

On ne vous fera pas l’affront de vous expliquer que pédaler pour effectuer les quelques kilomètres vous séparant de votre travail ou de la gare la plus proche de celui-ci est bénéfique pour votre organisme. Vous dépensez de l’énergie et cela se traduit par une meilleure santé. Mais rares sont les gens effectuant leurs trajets à vélo qui y voient aussi un moyen d’améliorer leur santé mentale. Pourtant, les études se multiplient indiquant que le fait de pratiquer une demi-heure de vélo à allure modérée ou rapide permet de réduire considérablement le taux d’hormones de stress dans l’organisme. À l’aller, vous arrivez au bureau plus serein(e), plus apte à affronter une journée qu’on devine intense, tandis que, le soir, justement après cette journée d’une intensité de moins en moins supportable, vous rentrez chez vous avec une tranquillité d’esprit qui ne pourra que plaire à l’ensemble de la famille.

Au boulot en deux-roues ? Vous avez droit à une indemnité kilométrique !

Afin d’augmenter l’attrait pour le vélo, les autorités fiscales ont admis que l’employeur offre une indemnité kilométrique de 0,24 euro du kilomètre aux employés choisissant le deux-roues comme mode de transport. Si l’idée est de couvrir les frais liés à ce mode de déplacement, l’indemnité a pour intention d’attirer de plus en plus d’adeptes de la petite reine. Cette indemnité est également exonérée d’impôt, mais seulement jusqu’à hauteur des 0,24 euro indiqués. Si l’employeur – ou l’administrateur de société décidé à se rendre sur son lieu de travail à vélo – décide d’octroyer une indemnité plus importante, la partie dépassant les 0,24 euro sera imposée.

Attention, le cumul des indemnités n’est pas permis

Il convient toutefois de faire attention. En effet, si le législateur veut se montrer généreux pour celles et ceux qui choisissent le vélo comme moyen de transport, il a ses limites. Il a donc établi que si vous faisiez appel à l’indemnité de 0,24 euro par kilomètre, il serait impossible, pour le même jour et le même trajet, de revendiquer une indemnité, par exemple, pour une partie du trajet effectuée en train. De même, charge est donnée à l’employeur de déterminer le nombre de kilomètres effectivement effectués à vélo et à accepter si un détour (par exemple par une piste cyclable dans les bois, à la fois plus sûre et plus saine) peut être pris en compte dans le calcul. Les choses se compliquent ensuite si vous souhaitez effectuer le trajet, certains jours, en transport en commun et d’autres à vélo.

Tous les vélos ouvrent-ils voie à l’indemnisation ?

Le législateur n’a pas souhaité faire de différences entre les différents vélos existants. VTT, vélo de course, électrique ou non, l’indemnité peut être versée pour autant que le trajet ainsi indemnisé soit bien un trajet reliant le domicile et le lieu de travail. On remarquera que cette liberté de choix est encore plus large puisque le vélo peut être tantôt propriété de l’entreprise tantôt propriété personnelle de l’employé.

Le vélo d’entreprise, un investissement déductible

Ces dernières années, l’achat de vélos électriques, voire de leasings, connaît une hausse à trois chiffres. Proposer un vélo à ses employés pour effectuer leurs déplacements semble donc un investissement d’autant plus intéressant qu’il accroît le sentiment d’appartenance à l’entreprise, mais permet aussi de déduire fiscalement les coûts liés à l’utilisation de ce mode de transport durable.

Vous avez des questions sur la déductibilité fiscale de votre moyen de locomotion ? Posez-les à Magecofi-Atecofi via son formulaire de contact. Nous nous ferons un plaisir de vous guider vers une solution adaptée à vos besoins.

keyboard_arrow_up