En 2022, votre facture énergétique va changer

En 2022, votre facture énergétique va changer

C’est le dossier qui fait frémir tout le monde, au privé comme dans la sphère professionnelle : le prix de l’énergie – mais ne devrait-on pas dire ‘des’ énergies – ne cesse de croître. Des mesures vont donc être prises pour ralentir cette croissance et permettre au plus grand nombre de continuer à bénéficier d’une énergie à un prix acceptable.

Selon le quotidien L’Echo, le gouvernement fédéral a pris huit mesures afin d’alléger la charge financière que représente la facture énergétique. Nous faisons le point ci-dessous.

La quote-part fédérale de la facture énergétique va diminuer

Par un mécanisme qu’il ne convient pas de détailler ici, les cotisations fédérales qui représentent environ 5% de la facture d’énergie globale seront converties en accises. Cela autorise à espérer une baisse moyenne de 30 euros sur la facture énergétique de chaque ménage. Considérée comme une mesure structurelle, cette conversion de la quote-part fédérale évitera les hausses automatiques du prix de l’énergie du fait des taxes fédérales.

Une norme énergétique est mise en place

L’idée est, dans le cadre de cette norme énergétique, de pouvoir comparer le montant moyen de la facture énergétique du citoyen belge avec celles émises dans les pays voisins. Il sera alors possible de prendre des mesures complémentaires afin de ne pas grever de manière trop importante le pouvoir d’achat des ménages belges.

La redevance annuelle est sous contrôle

Il est établi que les différents fournisseurs d’énergie facturent une redevance annuelle. Celle-ci a pour objectif de couvrir les frais administratifs rencontrés par ces mêmes fournisseurs d’énergie. La ministre fédérale de l’Énergie estime qu’il s’agit-là d’une manière déguisée d’empêcher le consommateur de changer librement de fournisseur énergétique. Dès le 31 juillet, le calcul de cette redevance devra donc se faire sur base de la période de consommation réelle et ne plus être un forfait imposé chaque année.

La hausse des acomptes ne peut plus être imposée

Face à la hausse constante des coûts de l’énergie, certains fournisseurs sont tentés d’augmenter de façon unilatérale leurs acomptes sous prétexte de ne pas mettre le consommateur dans l’embarras au moment de recevoir sa facture de régularisation, mais surtout pour leur permettre de « préfinancer’ l’achat de ladite énergie. Dorénavant, c’est le consommateur final qui décidera s’il souhaite payer des acomptes plus importants. Dans le même temps, si le fournisseur entend augmenter ses acomptes, il devra accepter que le consommateur refuse cette hausse endéans les 15 jours. Une mesure qui devrait permettre de mieux gérer ses coûts en énergie.

Un accès aux produits énergétiques les moins chers

Il existe en Belgique un tarif dit ‘social’ qui permet aux personnes défavorisées de bénéficier d’une fourniture énergétique au tarif le plus bas. Certaines personnes, non éligibles au tarif social, rencontrent pourtant des difficultés à assumer leur facture énergétique. La ministre de l’Énergie souhaite donc que les fournisseurs leur proposent des produits et services les plus accessibles possibles, mais les informent également de l’offre du marché via un comparateur de prix.

La fin des contrats dormants

Nous avons (quasiment) tous le même défaut : nous ne vérifions pas si notre contrat auprès d’un fournisseur d’énergie est toujours valable. Pire : il arrive que les contrats que nous avons signés n’existent même plus. Nous continuons simplement à en payer le prix alors qu’il existe des alternatives plus avantageuses. La ministre de l’Énergie impose désormais que le fournisseur d’énergie en informe son client, privé comme professionnel, et lui procure dans le même temps une nouvelle proposition de contrat.

La facture simplifiée est enfin une réalité

Si l’on rechigne à faire jouer la concurrence en matière de fourniture énergétique, c’est souvent parce qu’on trouve cela compliqué. Le Conseil des ministres a établi que, dorénavant, les factures énergétiques devront être simplifiées pour permettre à tous de comprendre ce qu’ils paient, pourquoi et d’ainsi comparer ce qui est comparable. En outre, en 2022, le consommateur, privé comme professionnel, sera en droit de choisir s’il souhaite recevoir sa facture de façon électronique ou en version papier. En fonction de son organisation personnelle, il évitera ainsi les retards de paiement et les inévitables surtaxations.

Le démarchage est mieux réglementé

Un petit jeu avant de terminer. Au cours des trois derniers mois, combien de fournisseurs énergétiques vous ont-ils contacté(e) pour vous convaincre que leur plan tarifaire était forcément plus intéressant que celui que vous avez actuellement. Cela se fait au téléphone, à la sortie d’un magasin ou en porte-à-porte, mais toujours au détriment d’une information correcte pour le consommateur final. La ministre de l’Énergie entend profiter de 2022 pour établir un code de conduite concernant ces pratiques.

Vous le voyez, en 2022, différentes mesures sont prises pour juguler la course folle des prix de l’énergie. Il sera intéressant d’observer en quoi celles-ci auront un impact positif ou non sur le rendement de votre activité professionnelle.

Vous avez des questions sur la répercussion de la hausse des prix énergétiques sur votre activité professionnelle ? Posez-les à Magecofi-Atecofi via son formulaire de contact. Nous nous ferons un plaisir de vous répondre.

keyboard_arrow_up