Vous n'avez pas (encore) de moyen de paiement électronique ?

Vous n'avez pas (encore) de moyen de paiement électronique ?

Le geste est devenu banal : nous effectuons des achats et, une fois arrivés à la caisse, nous dégainons notre carte de paiement. Toutefois, de nombreux commerces ne disposent pas encore des moyens techniques nécessaires au paiement électronique. Et pour ceux-là, le mois de juillet est une date butoir.

Si vous faites partie des invincibles Gaulois qui, jusqu’ici, avaient refusé de répondre à l’appel du paiement électronique, vous allez déchanter. En effet, dans le cadre d’un plan de lutte contre la fraude, le gouvernement fédéral a fait voter une loi obligeant les commerces à proposer à tout le moins un moyen de paiement électronique.

Le paiement électronique obligatoire dès le 1er juillet 2022

Soyons précis : ce n’est pas le paiement électronique qui est obligatoire à partir du 1er juillet 2022 en Belgique, mais bien la possibilité offerte par les commerçants à leurs clients de payer de manière électronique. Les paiements en espèces ne sont donc pas interdits à partir de cette date et le choix est laissé au client d’opter pour le paiement électronique ou le cash. Du côté du commerçant, là encore, une grande liberté de choix a été retenue par les autorités. En effet, si certains ne veulent pas de terminal de paiement au sein de leur établissement, il sera toujours possible de proposer le paiement électronique via des applications telles que Payconiq.

Pourquoi cette obligation du paiement électronique ?

Le gouvernement fédéral ne s’en cache pas – l’initiateur de la mesure, Vincent Van Peteghem, en tête – l’objectif de cette mesure est comparable à celui de l’établissement de boîtes blanches dans les établissements de l’HORECA : lutter contre la fraude, tant fiscale que sociale. Il est en effet établi qu’en obligeant les commerçants à accepter des paiements électroniques, il sera possible de réduire la proportion des plus indélicats d’entre-eux ayant fait d’un commerce parallèle et donc non taxé une habitude. Dans un second temps, le paiement électronique se généralisant, le gouvernement fédéral entend pousser tous les acteurs de l’économie du pays à moderniser leur offre.

Aucune aide pour les petits commerçants

Si, dans un premier temps, une enveloppe de 14 millions d’euros avait été envisagée par le ministre des Finances pour soutenir l’équipement des commerces ne disposant pas à ce jour de moyen de paiement électronique. Mais l’enveloppe n’a pas été acceptée en conseil des ministres. Tout d’abord parce que celle-ci n’était pas prévue dans le calcul du budget, ensuite parce que cela créerait une forme d’injustice par rapport aux commerçants qui, parfois depuis des années, proposent bel et bien un moyen de paiement électronique à leurs clients.

Des frais déductibles pour le moyen de paiement

Cela étant mentionné, toutes les dépenses liées à l’établissement d’un moyen de paiement électronique au sein d’un commerce restent des dépenses professionnelles et, à ce titre, bénéficieront d’une déductibilité fiscale. Dans tous les cas de figure, il ne s’agit même plus de se poser la question de l’opportunité d’installer ce genre de dispositif puisque, au risque de nous répéter, celui-ci sera obligatoire dès le mois de juillet 2022.

Vous avez des questions sur vos investissements en termes de moyen de paiement électronique ? Posez-les à Magecofi-Atecofi via son formulaire de contact. Nous nous ferons un plaisir de vous guider vers une solution adaptée à vos besoins.

keyboard_arrow_up