Pourquoi a-t-on peur de dire non à un client en tant qu’indépendant ?

Pourquoi a-t-on peur de dire non à un client en tant qu’indépendant ?

Lorsqu’on est indépendant, que l’on dirige sa petite entreprise, il est parfois difficile de dire non à un client. La concurrence est parfois rude et cela pourrait porter préjudice à la viabilité de votre activité professionnelle. Pourtant, il est non seulement indispensable de savoir dire non, mais c’est parfois aussi une preuve de compétence qui peut être appréciée par d’aucuns.

C’est toujours la même rengaine : c’est le vendredi soir que les clients vous appellent pour vous demander d’assumer une petite urgence pour le lundi matin, c’est toujours au moment où votre planning vous semble « gérable » que l’on vous demande si vous ne pouvez pas y ajouter telle ou telle commande. Et bien évidemment, vous hésitez à dire non. Mais pourquoi ?

Les 3 grandes raisons qui vous empêchent de dire « non »

Vous voudriez dire « non ». D’ailleurs, vous vous entendez encore dire « La prochaine fois, ce sera sans moi ». Et pourtant, cette fois encore, vous avez dit « oui » ; vous avez estimé que vous pourriez, au détriment de votre vie de famille, de votre santé ou tout simplement de votre capacité en termes de temps, le faire. C’est que dire non est difficile et divers spécialistes estiment qu’il y a trois raisons à cela :

  • Vous ne voulez pas laisser croire que vous n’êtes pas « capable » d’assumer. Vous occultez alors des paramètres importants comme le fait que le week-end est déjà bien rempli ou tout simplement que votre capacité de production efficace est déjà atteinte.
  • Vous estimez que vos limites sont bien plus loin qu’elles ne le sont réellement. Vous oubliez que les journées ne font que 24 heures et qu’une mission prend un temps précis que vous ne pourrez pas compresser.
  • Vous avez tout simplement peur de perdre le client. Quel indépendant n’a jamais vécu ce moment pénible où, après avoir dit « non » à un job chez un client récurrent, il se rend compte que ce même client a immédiatement pris des habitudes avec un concurrent ?

Dire non peut aussi être positif

Pourtant, il peut aussi arriver que vos clients soient rassurés de vous entendre dire « non ». L’exemple le plus simple est le restaurateur qui doit dire non parce que son stock de tel ou tel produit frais est vide. Le client saura alors qu’il peut faire confiance à ce restaurateur quant à la fraîcheur de ce qu’il va manger.

Dire « non », c’est aussi affirmer son professionnalisme et la confiance que l’on a en sa capacité à effectuer ou non des tâches dans les règles de l’art. Le client d’un artisan, prêt à mettre le prix pour tel ou tel produit, sait que, parfois, il faut attendre, mais que la patience est souvent récompensée de l’excellence.

Enfin, dire « non », c’est éviter de grave problème de surmenage qui, de toutes les façons, mènera à une forme de burn-out et de déception de la part des clients qui n’hésiteront pas à aller voir ailleurs.

Comment dire non sans se tromper ?

Bien évidemment, dire ou écrire un simple « Non » à ses clients n’est peut-être pas la meilleure des techniques à adopter. « Non, pas maintenant, mais ouvrons nos agendas » est déjà une solution plus satisfaisante pour tous. Une chose est certaine : vous ne devez pas laisser planer le doute auprès de celui qui vous demande d’effectuer telle ou telle tâche. Tout le monde est en mesure de comprendre que votre agenda est complet et qu’il faut un peu de patience pour faire appel à vos compétences.

Vous le voyez, le « Non » peut être une démarche positive dans une relation avec votre clientèle. Le principe de base est d’affirmer ce « non » sans crainte, mais en tentant toujours de trouver une solution qui convient aux parties en présence.

Vous avez des questions sur vos obligations fiscales en tant qu’indépendant ? Posez-les à Magecofi-Atecofi via son formulaire de contact. Nous nous ferons un plaisir de vous guider vers une solution adaptée à vos besoins.

keyboard_arrow_up